24 millions d'hommes chinois forcés au célibat d'ici 2020

La société masculine chinoise s’apprête à vivre des heures bien solitaires : un groupe gouvernemental de réflexion a indiqué que plus de 24 millions d’hommes en âge de se marier pourraient se retrouver sans femme d’ici 2020. 

Selon la Structure Contemporaine Chinoise, un livre compilé par l’Académie Chinoise des Sciences Sociales (CASS en anglais), l’avortement sélectif serait la cause principale de la forte inégalité entre les hommes et les femmes en Chine. 

La tradition centenaire qui accorde la préférence à une descendance mâle incite de nombreux couples, depuis la mise en application de la politique de l’enfant unique qui n’autorise qu’un seul enfant par famille, a avoir recours à l’avortement sélectif. ‘L’avortement sélectif reste très courant aujourd’hui, particulièrement dans les zones rurales’, indique la CASS, notant que la procédure, souvent effectuée pour des raisons non médicales, est ‘possible et bon marché’. 

C’est au milieu des années 1980 que la politique de l’enfant unique a vu le jour dans le but de contrôler l’explosion de la population. Une cinquantaine d’années plus tard, la technologie des ultrasons fait son entrée en Chine et permet d’identifier le sexe des fétus. A la fin des années 1980, face à une très forte augmentation de l’avortement, les autorités interdisent alors aux médecins de communiquer aux futurs parents le sexe de l’enfant. Pourtant, la pratique est commune et ne nécessite que quelques dessous de table et des médecins peu regardant. 

Ainsi depuis le milieu des années 1980, la disparité de la proportion homme/femme chez les nouveaux-nés a été en constante augmentation, passant de 108 garçons pour 100 filles en 1982, à 111 en 1990 et 116 en 2000. Les dernières estimations officielles de la population, qui remontent à 2005, comptaient 119 garçons pour 100 filles, soit 13.3 pour cent de plus que le standard acceptable qui se situe entre 103 et 107 hommes pour 100 femmes. 

Wang Guangzhou, chercheur à la CASS, refuse de conclure que le surplus d’hommes résultera à 24 millions de célibataires mais admet que cette inégalité pourrait aggraver des problèmes déjà existants : plus de difficultés à se marier pour les hommes ayant un revenu faible ou augmentation de l’écart de l’âge entre les deux époux. Tandis que Wang Yuesheng, un autre chercheur auprès du même organisme, averti que ‘la chance de se marier se fera plus rare si un homme à plus de 40 ans et réside à la campagne. En vieillissant, ils seront plus dépendant de la sécurité sociale et n’auront qu’une très faible ressource financière’. Les hommes situés dans les zones les plus touchés par la pauvreté seront plus systématiquement forcés à rester célibataire, précisant que cela ‘brisera des lignées familiales’. 

Et ce ne sont pas là les seuls limites à la politique de l’enfant unique : une population vieillissante, une nouvelle caste ‘d’enfants rois’, ainsi qu’une augmentation constante du trafic de femmes et d’enfants laissant des villages entièrement masculins, sont autant de problèmes à une société en profonde difficulté face aux nombreux bouleversements qu’elle subit.

Illustration Xinhua



Commenti